Accueil > Vivre et célébrer > Les Etats généraux du christianisme (Lille 23-24-25 septembre 2010)

Vivre et célébrer

Les Etats généraux du christianisme (Lille 23-24-25 septembre 2010)

Publié le 17/11/2010

Où va le christianisme ? Si comme beaucoup vous vous posez la question, je voudrais vous confier avec une certaine solennité une forte nouvelle, une nouvelle qui s’accorde avec la joie de Pâques et, au sens profond, avec l’air du temps. À l’initiative de votre journal, un rassemblement important se tiendra à la rentrée prochaine à Lille. Son titre en dit assez clairement l’ambition : les États généraux du christianisme.

 

 

 

Plus que jamais depuis la fondation de La Vie à la Libération, les convictions sont au coeur de l’information telle que nous l’entendons. Plus que jamais, l’espérance est de saison. Mais, plus que jamais, si cette espérance paraît vaciller, nous devons veiller sur elle. Si ces convictions semblent se porter mal, il nous revient de les porter mieux, de les médiatiser autrement. Les États généraux du christianisme marquent un engagement fort de notre rédaction. Un vrai choix éditorial. Ils ne seront pas un colloque ou un congrès de plus. Ils vont permettre d’ouvrir un véritable espace de rencontre, un vrai débat sur la place de la foi dans notre société.

 

Dans un rapport présenté en novembre dernier à Lourdes, l’évêque et académicien Claude Dagens parlait de la foi chrétienne comme d’un « art de vivre » à cultiver. Le titre de cet ouvrage passé un peu trop inaperçu mérite d’être rappelé : Entre épreuves et renouveaux, la passion de l’Évangile. Son sujet aussi, puisqu’il s’agissait de réfléchir de manière subtile à l’indifférence religieuse, à la visibilité de l’Église et à l’évangélisation. Les plus récents événements nous ont montré qu’il existe, pour le christianisme visibilités négatives. Celles qui sont les plus visiblement visibles, si j’ose dire.

 

Dans le christianisme vécu, il est permis de voir autre chose. Les nombreux baptêmes d’adolescents ou d’adultes au cours de la vigile pascale soulignent la nécessité d’une annonce de l’Évangile fondée non pas sur le choc des certitudes, mais sur le cheminement personnel et sur la prise en compte des grandes aspirations existentielles. Voilà donc l’occasion dedonner au christianisme une visibilité positive, attestataire sans doute et parfois plus vigoureusement contestataire, mais aussi dialogale. Capable, autrement dit, de recevoir autant que de donner, de transformer et de se laisser transformer. Si nous voulons un christianisme de vivants, il ne faut pas seulement une bouche qui proclame la vérité, mais aussi et surtout un coeur qui écoute. Nos États généraux seront des états généreux.

 

C’est à ce prix que nous pourrons poser la question que tout le monde garde au bord des lèvres et que personne ne formule vraiment, malgré l’immense besoin de parole que vous exprimez souvent dans vos lettres ou vos e-mails, et que nous sentons un peu partout dans nos Églises depuis des mois déjà. La question ici posée : où va le christianisme ? C’est peu dire que les crimes récemment rendus publics et leur réception dans notre société d’emballement ont rendu plus nécessaire mais plus délicat un vrai débat de fond. Or, en ces temps quelque peu troublés, on discute parfois au bazooka et l’on réagit de la même manière. D’un côté, les hurlements obsessionnels des loups

 

Dans notre époque, tout est fragile, tout est friable, tout est frileux. Les institutions. Les convictions. Les vies privées. Les choix de société. Les appartenances. Les solidarités. Le sens. Tout se décompose et se recompose de plus en plus vite, dans une forme de précarité qui devient source de grandes angoisses. Alors, oui, il y a donc urgence, mais une urgence un peu particulière : urgence de la distance, urgence de la liberté, urgence de l’intelligence, urgence de la spiritualité. Urgence de se rencontrer. Moins le devenir du christianisme paraît clair, moins celui de nos sociétés paraît évident, plus il faut hardiment faire le lien et poser nos questions ardemment.

 

Vous l’avez compris. L’enjeu ne consiste pas à s’interroger sur les boutiques ecclésiales, les chapelles personnelles, les petits blocs de certitudes hermétiques qu’il s’agirait de défendre quand tout fout le camp, mais sur le devenir même de cette société dans laquelle la croix a semé sa folie, renversant les idoles. C’est à cela que s’attelleront les premiers États généraux du christianisme. C’est de cela que nous allons débattre tout au long des prochains mois dans nos colonnes. C’est pour cela que je compte bien vous retrouver personnellement les 23, 24 et 25 septembre, à l’Université catholique de Lille, que préside Thérèse Lebrun, avec le soutien actif du diocèse et de son évêque, Mgr Ulrich.

 

De grandes personnalités de toute Église et de tout bord viendront à votre rencontre pour trois jours de débats publics ouverts à tous, mais aussi de fête et de célébration. Alors que nous réfléchissions à ce projet, la richesse culturelle, l’ouverture internationale et la vitalité sociale de la région lilloise et de son christianisme nous ont irrésistiblement attirés.

 

Décloisonner les débats

Tradition ou modernité ? Pluralisme du « tout se vaut » ou communion à tout prix ? Les religions sont travaillées par des tensions internes  et par la question du rapport avec le monde extérieur. Sans nier les clivages anciens ou nouveaux, nous voulons ouvrir un espace. Plus social ou collectif pour les uns, plus spirituel et personnel pour les autres, le dialogue doit être celui de toutes les générations. Les États généraux du christianisme seront donc ouverts à ceux qui veulent changer leur Église comme à ceux qui veulent la conserver face au monde qui change. Ceux qui sont catholiques, ceux qui sont protestants, ceux qui sont orthodoxes, mais aussi ceux qui doutent et veulent espérer, ceux qui se sentent touchés par l’Évangile, ceux qui pensent pouvoir trouver dans le christianisme le sens de leur vie personnelle.

 

Répondre au désir de sens.

Tout n’est pas prise de tête et prise de bec. Tout n’est pas déclin, dissolution, déprime. Les renouvellements existent. Des figures, des communautés, des Églises rayonnent fortement. De nombreux jeunes expriment une vigoureuse attente spirituelle. Les chrétiens demeurent en sentinelle sur les questions les plus brûlantes : la définition même de l’homme, la justice, l’écologie, la vie. Jamais on n’a autant lu la Bible. Des possibilités inattendues d’annoncer l’Évangile surviennent. On constate, plus vif que jamais, un évident désir de sens. Les attentes de la société se manifestent autour des grandes questions que sont la naissance, l’amour, la fragilité, la mort et autour des valeurs que n’offre pas une société consumériste. De nombreux artistes et intellectuels s’en font l’écho. D’une certaine façon, c’est maintenant que tout (re)commence. Ces premiers États généraux du christianisme veulent accueillir l’espérance pour une époque charnière.

 

Créer un grand événement

Outre-Rhin, le Katholikentag et le Kirchentag, respectivement organisés par les catholiques et par les protestants, rassemblent de grandes foules : 30 000 personnes en 2008, 100 000 en 2009. En 2010, à Munich, se tiendra un Kirchentag oecuménique. En France, aucun événement de ce type n’existe, aucun forum ne permet à des chrétiens de toutes sensibilités de se rencontrer. Et pourtant, l’expérience montre un grand désir de se retrouver : JMJ de Paris, rassemblements de Taizé, sessions de Paray-le- Monial, Semaines sociales de France, congrès Ecclésia 2007 ou encore Protestants en fête. 6 La Vie - 8 avril 2010 La Vie - 8 avril 2010 7 identitaires ; de l’autre, le chant des sirènes de la dissolution finale du christianisme. Avouons-le : entre reniement ou repliement, entre complaisance masochiste et autojustification, le choix serait triste, les lendemains, toujours plus désenchantés.

 

Faire la fête ensemble

Réunis à l’invitation de La Vie, les premiers États généraux du christianisme se tiendront les 23, 24 et 25 septembre pour répondre à une seule question : « Notre époque a-t-elle encore besoin de Dieu ? » Des dizaines d’intervenants, parmi les plus grands théologiens, artistes, décideurs, intellectuels et personnalités de la société civile participeront à des débats pluralistes. Des milliers de participants sont attendus pour ce qui se veut d’abord un temps de rencontre, de fête et de célébration autour du Christ qui réunit tous les hommes et toutes les femmes. Tous se demanderont quels sont la place et le rôle du christianisme dans la société contemporaine, comment transmettre la foi, comment annoncer l’Évangile.

 

http://www.lavie.fr/arches/page.php?sk=etats-generaux-christianisme.sk  


Tags: humanisme  
0 commentaires sur etats-generaux-christianisme.html

Laisser un commentaire


Les commentaires sont désactivés pour cet article
Vidéo Cathocité