Accueil > Vivre et célébrer > La rencontre de l’art et de la catéchèse

Vivre et célébrer

La rencontre de l’art et de la catéchèse

Publié le 17/02/2011

La rencontre de l’art et de la catéchèse

Noël ! Épiphanie ! Jésus est venu au devant des hommes. Dans sa petitesse, il invite à l’émerveillement du regard. Toute sa vie déjà offerte a pour enjeu l’ouverture des yeux, des oreilles et du cœur. Désormais, chacun peut accueillir pour lui-même l’incroyable annonce : « Sois joyeuse, toi qui as la faveur de Dieu, le Seigneur est avec toi ! » (Luc 1, 28). Et de chacun peut surgir en écho : « Sur la terre, paix pour ses bien-aimés ! » (Luc 2, 24).

 

La catéchèse, à tous les âges de la vie, a pour mission d’approfondir cette première annonce, afin que son écho s’amplifie jusque dans la profondeur des existences et des engagements de ceux dont elle a déjà bouleversé le cœur. L’art – en particulier l’art chrétien – apparaît alors comme un moyen privilégié pour participer à la pédagogie d’ouverture de Celui qu’il magnifie.

L’entrée en catéchèse par l’expérience de la beauté sollicite en effet toutes les dimensions de la personne : ses sens et sa sensibilité, mais aussi sa mémoire, ses connaissances, son expérience spirituelle et pratique, ses aspirations vitales et ses capacités relationnelles… L’image fixe ou animée, la musique, la poésie s’offrent comme une rencontre à faire. Car l’œuvre d’art, si elle attire, présente aussi une résistance, une altérité : on aime ou on n’aime pas, on est étonné, dérangé, appelé à un déplacement. Ainsi, l’expérience esthétique peut accoutumer le regard à une réalité au-delà des apparences : "la présence est l'enjeu de la poésie" (Yves Bonnefoy, La Croix, 30 décembre 2010, p. 11).

Alors, pour introduire à la réalité la plus vraie, à la Présence la plus réelle, le langage ne doit-il pas se faire particulièrement délicat et subtil, consentir à n’être pas univoque, s’ouvrir à une polyphonie ? Parmi d’autres formes artistiques, le langage audiovisuel peut servir la nécessaire pluralité de la parole en catéchèse. Créant un appel d’air – par le jeu du décalage entre l’image et le texte – il libère la parole de ceux qu’il touche dans leur diversité. En accueillant ces différences dans une écoute mutuelle, on favorise le travail de l’Esprit-Saint.

Mais le langage n'a-t-il pas aussi à accepter de se recevoir d’une source qui le dépasse ? Pour les chrétiens, la source de toute beauté est le Dieu-amour. Accueilli de façon privilégiée par le peuple de la Bible, il s’est donné à reconnaître dans un visage humain singulier, le Christ qui porte en lui la vérité de l’homme et le mystère inouï du Dieu trois fois saint. L’artiste chrétien n’est pas livré à son seul imaginaire : il est humble artisan du visage de Jésus le Bien-aimé, en communion avec ceux qui l’ont porté et en sont témoins : les Écritures, la Tradition, l’Église, les saints.

Poursuivre le travail de création

Si l’œuvre d’art catéchétique est une œuvre d’Église, elle doit permettre de goûter à sa vie. Il y a ce que l’artiste a voulu dire par son œuvre ; et ce que l’œuvre fait dire à son tour. Ceux qui la contemplent sont appelés à poursuivre le travail de création de l’artiste, en se laissant façonner par son œuvre, en exprimant ce qu’elle éveille en eux. Ici, une vigilance s’impose : il ne s’agit pas, en prenant prétexte d’une création artistique, de faire vivre une expérience psychologique, ni de lancer un débat d’idées. Une authentique démarche catéchétique est toujours orientée vers la rencontre du Christ. Par l’approche artistique, la réceptivité se creuse, laissant place pour un enseignement et un travail d'appropriation et d'actualisation. Une communauté de foi se tisse progressivement et peut déjà rendre grâce. Le catéchiste en est alors le témoin émerveillé.

Laissons, pour conclure, la parole au père Jean-Marie Beaurent (cofondateur de l’Institut International Foi-Art-Catéchèse) : « La catéchèse (…) doit se faire servante d’un mystère qui la dépassera toujours : celui de la rencontre d’une communauté ou d’un croyant avec le Seigneur (…) la rencontre ne peut se programmer de manière mécanique, et elle n’est pas faite non plus de manière définitive. Elle doit vivre, et même parfois survivre, elle doit se nourrir, grandir, subir des épreuves, parfois même risquer la mort, et peut être même mourir... ressusciter, qui sait ? Bref, parce qu’elle est de l’ordre d’une relation, la foi est à tout à la fois donnée et sans cesse en suspens. C’est ici que la catéchèse prend tout son sens : elle entretient l’écho, elle réveille la réponse en remettant en présence, elle alimente l’amour aux sources de la rencontre. »

L’équipe pédagogique de l’IiFAC


Tags: art   catéchèse  
0 commentaires sur La rencontre de l’art et de la catéchèse

Laisser un commentaire


Les commentaires sont désactivés pour cet article
Vidéo Cathocité