Accueil > Actualités > Et après…

Actualités

Et après…

Publié le 26/01/2015

Nous sommes religieux, mais non pas fanatiques.

Nous sommes pour la liberté d'expression, y compris de caricature et de dérision, mais non pas pour blesser.

Nous sommes religieux et respectueux des croyants des autres religions, et aussi des personnes agnostiques ou athées : nous créons et favorisons la participation à des forums, à des dialogues libres et non contraignants.

La critique de la religion par la raison est possible, mais la raison n'est pas sans limites : il lui arrive de se fier à sa puissance sans s'apercevoir que c'est aussi une croyance[1].

Nous sommes religieux, mais la religion n'est pas un concept unique, une idée qui se déclinerait en des formes variées.

Nous sommes religieux, mais nos conceptions religieuses ne se confondent pas dans un grand tout où l'on traiterait équivalemment les religions révélées, les religions traditionnelles et les philosophies religieuses du monde.

Nous sommes religieux, dans le cercle large des religions qui adhèrent à une révélation authentifiée dans un livre ; nous nous référons à ce livre, mais nous ne sommes pas une religion "du" Livre.

Nous sommes des religieux avec un livre, mais notre rapport à ce livre, c'est d'y trouver les signes d'un Dieu qui nous aime et veut sauver l'humanité tout entière : nous sommes une religion de la Personne.

Nous croyons à l'amour de Dieu qui sauve tout homme et nous l'annonçons, mais nous ne prétendons l'imposer à personne.

Nous croyons à la Parole faite chair, à la Parole incarnée dans nos vies d'hommes.

Nous croyons librement.

Nous croyons que la liberté de croire, exprimée publiquement, est aussi précieuse que la liberté d'expression pour désigner et dessiner une société vraiment libre.

Nous croyons que la liberté d'expression, y compris celle qui tourne en dérision les autorités, les pouvoirs, ne peut pas s'exprimer sans respect pour ceux qui de bonne foi mettent leur confiance dans un Dieu qui habite leur vie : la liberté d'expression ne peut pas être irresponsable.

Nous croyons que la laïcité est un rempart pour cette liberté : ignorer "l'incroyable besoin de croire"[2], c'est enfermer chacun dans une solitude effarante.  

 

† Laurent Ulrich, Archevêque de Lille



[1]Julia Kristeva, L'incroyable besoin de croire, Bayard, 2007, p. 8 : "Face à ce continent (le vaste champ du sacré) qu'on appelle désormais une sublimation, l'intelligence pressée s'est efforcée de limiter la raison à la seule conscience calculante : la conséquence en fut  que le savoir s'est désintéressé de l'expérience intérieure, jusqu'à ignorer son autorité intrinsèque." C'est moi qui souligne.

André Comte-Sponville note, de son côté : "Je ne sais pas si Dieu existe, mais je sais que je crois qu'il n'existe pas." L'esprit de l'athéisme, Albin-Michel, 2006, p.86. Bel aveu de ce statut de l'athéisme qui est donc un pari.

 

 

[2]Voir ce que disait le philosophe allemand Jürgen Habermas, dans son dialogue avec le cardinal Joseph Ratzinger, RevueEsprit, juin 2004 : "Quand les citoyens sécularisés assument leur rôle politique, ils n'ont le droit ni de dénier à des images religieuses du monde un potentiel de vérité présent en elles ni de contester à leurs concitoyens croyants le droit d'apporter, dans un langage religieux, leur contribution aux débats publics."  

 

 

Version électronique

 


Aucun tag pour cet article
0 commentaires sur Et après…

Laisser un commentaire


Les commentaires sont désactivés pour cet article
Vidéo Cathocité